Cantine de cinéma

Un service itinérant de qualité pour tournage de cinéma

Suivant l'équipe de tournage à la trace, l'équipe cantine de Fleck & Co propose une cuisine qui satisfait aussi bien le ventre que l'esprit.

Nos menus sont intégralement préparés à partir de produits frais, de saison et locaux, et servis sur site par notre équipe cantine.Ils sont composés tous les jours d’une entrée, d’un plat principal et d’un dessert, et nous vous ferons découvrir quelques spécialités régionales !

Les végétariens, allergiques et autres régimes particuliers ne seront pas en reste.
Le chef saura répondre à toutes leurs demandes en nous indiquant leurs exigences avant le démarrage de notre prestation.

Notre équipe installe le temps d’un repas (midi ou soir selon votre planning) un restaurant éphémère sous barnums éclairés et chauffés (si nécessaire).

Clément, le chef, cuisine en live dans son camion pour que votre pause repas soit un moment convivial et bistronomique. Notre joyeux Gilles se chargera du service, attentionné et professionnel.

Site débarrassé et nettoyé après notre passage.

Acteurs, décorateurs, costumiers, régisseurs, électromachinistes, tous les corps de métier oublient leurs tensions pour y fraterniser un bref moment: la pause repas dure une heure.

La cantine est le lieu stratégique où se déverse la tension d'une journée à haut voltage. Il y règne la convivialité française, fertile en galéjades et blagues de potaches, cimentée par l'esprit de famille de travailleurs au long cours qui se revoient de film en film. 

Un service de catering cinéma qui fait ses preuves

Ils ont fait confiance à notre équipe pour assurer leur cantine de cinéma :
- "Meurtres à Strasbourg" de Laurence Katrian / Mai juin 2016
- "Capitaine Marleau" de Josée Dayan / Octobre novembre 2016
- "Une part d'ombre" de Samuel Tilman / Octobre 2016
- "J'ai 2 amours" de Clément Michel / Février mars 2017
- "Full Frontal" de Camille Vidal-Naquet / Avril 2017
- "Aux animaux la guerre" d'Alain Tasma / Juin à Août 2017
- "Vivre sans eux" de Jacques Maillot / Novembre décembre 2017

 

Cantine de cinéma